Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/03/2015

A DESSIN1

vernissages mercredi 8 avril 
à 18h atelier spirale : 13, rue Rouget de Lisle, Sète
à 19h librairie l’échappée belle : 7, rue Gambetta, Sète
à 20h open space : 8, rue Garenne, Sète

exposition du jeudi 9 au dimanche 12 avril
l’atelier spirale & l’open space : 10h/12h30 - 15h/19h 
l’échapée belle : du jeudi au samedi 9h/19h - dimanche 10h/13h

avec : lise chevalier, vanessa, notley, ganaelle maury, carita savolainen , joël renard, katie montanier, margot degert karine barrandon, françois michaud, nissrine seffar, adrien fregosi, reno leplat-torti, alain léonesi, julie redon, gilles bingisser, thomas duter, armelle caron, frédéric babon capucine latrasse, Jocelyne bohbot, jean, louis martire, pierre lesc, norma hecker christophe vilar, estelle lacombe, vincent dezeuze, aurélie malbec, philippe artaud patrycja mastej, Laurence de lataillade, maud gilhodez, lucas mancione, david artaud, thibault poujol, anna novika sobierajski frédéric khodja, françois dezeuze

L’idée de cette rencontre sur plusieurs lieux à Sète devrait faire se frotter les pratiques et les regards entre de jeunes diplômés qui sont passés par la classe préparatoire des beaux-arts de Sète, des artistes plus confirmés, des enseignants et des amateurs éclairés intelligemment sélectionnés, tous amoureux de la ligne… 

Frottements de pratiques et de regards mais aussi de générations (Tim Ingold, dans sa brève histoire des lignes, parle de lignée au sens de succession de génération). On choisit donc intentionnellement. «Intentionnellement», ce mot fait partie de la définition d’une expression française: «à dessein». Jusqu’au 18ème siècle, les deux mot s’écrivaient de la même façon (le projet, l’intention et la notion de designer, de-signare et dessiner).

Paul Valery  évoque  « la plus forte tentation de l’esprit »parce que le dessin est l’idée qui donne accès à la forme vraie de la chose mais aussi le geste intentionnel qui procède du désir de montrer cette forme.

Nous voulons penser généreusement le dessin en terme de « poésie élargie » selon l’expression de Novalis et témoigner de la dimension polymorphe du dessin contemporain. Il est parfois davantage un point de vue sur la chose représentée, parfois plus production que reproduction, parfois une plongée à l’intérieur de l’intime, parfois un rapport au (sur le) monde, à l’identique, dans l’interprétation du réel ou pour donner enfin à voir ce qui n’a jamais été pensé, dans l’illustration ou dans la « pensée close »… 

Bref,  il déploie, écrit Jean-Luc Nancy,  un sens inédit, non pas conforme à un projet déjà formé mais emporté par un dessein qui se confond avec le mouvement, le geste et des pratiques prospective.

contact 0661734713

bandeaux fb à dessin petit.jpg

 

Les commentaires sont fermés.