Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/11/2014

NICOLAS DURAND «Infinitude : recherches éparses et autres hésitations»

du 15 au 30 novembre
En une fin de journée du mois de septembre, j’ai exploré quelques rues d’une zone industrielle située entre un canal et une voie ferrée. J’aime beaucoup ces endroits, on y trouve de nombreux objets et matériaux, entreposés à même le sol en attendant de leur trouver une utilité ou abandonnés, ils dépérissent doucement : vieux modèle de voiture sur une remorque, poteaux électriques en bois les uns sur les autres, tas de terre recouvert de mauvaises herbes... Dans une impasse boueuse entre deux entrepôts j’aperçois un gros cordage bleu enroulé sur une palette, je laisse mon vélo devant le talus qui bloque l’accès aux véhicules, je m’en approche, il me plait et je commence à réfléchir aux possibilités plastiques mais très vite il m’apparait in-envisageable de le déplacer sans un véhicule de levage - je ne vois plus mon vélo, le vent l’a fait tomber - à proximité un tas de bois peint d’un vieux jaune me fait penser à des caisses avant de constater qu’il s’agit de parallélépipèdes massifs plus ou moins épais. Dubitatif je pars et laisse les chats errants retrouver leur territoire.
Ce court récit témoigne de la façon dont je travaille et prépare mes expositions, les zones industrielles, les terrains vagues, les chantiers sont des lieux qui m’inspirent, j’y trouve des formes et des matériaux qui me rappellent des oeuvres d’art minimal ou d’art pauvre. Je récupère des éléments physiques, des idées et des notes qui seront utilisés tels quels ou retravaillés à l’atelier avant d’être inclus dans un ensemble plus grand qui constituera l’exposition. Je poursuis une esthétique brute, pour être plus proche de la réalité et pour évacuer le décoratif omniprésent dans notre société. L’exposition a pour titre Infinitude : recherches éparses et autres hésitations, elle présentera des travaux in-finis et des projets documentés comme pour inclure le regardeur dans la genèse du projet en s’appuyant sur les capacités imaginatives de ce dernier, cet ensemble donnera à voir les prémisses d’une ouverture de mon travail sur d’autres dimensions telles que l’écriture, le photomontage ; transparaîtront aussi mes questionnements, mes doutes, mes hésitations plastiques et conceptuelles.

IMG_5162.JPG